lundi 15 janvier 2018

Hassan Nasrallah : Israël sera vaincu plus facilement que Daech


Interview du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, par la chaine libanaise Al-Mayadeen, le 3 janvier 2018





Transcription :

[…] Journaliste : Eminent Sayed, afin qu’on ne dise pas directement après cette interview (comme c’est souvent le cas) que tu exagères dans tes propos (et qu’on se demande) comment (le Hezbollah) pourrait être victorieux dans cette guerre (à venir contre Israël) alors qu’il y a (en face) des Etats puissants, l’OTAN, la possibilité d’une guerre mondiale, et tu affirmes cependant que vous allez entrer (en Palestine occupée) au-delà de la Galilée durant la prochaine guerre si elle se produit. Peut-on imaginer raisonnablement que des combattants du Hezbollah vont envahir la Galilée et au-delà ?

Hassan Nasrallah : Si une grande guerre se produit... Maintenant, la question de la Galilée est distincte, c’est une question dont on a parlé par le passé, et nous avons toujours clairement dit que la position de base (annoncée) aux combattants de la Résistance est : « Soyez prêts pour le jour où les dirigean

dimanche 14 janvier 2018

Hassan Nasrallah Calls for an Online Intifada to defend Al-Quds (Jerusalem)

Speech by Hezbollah Secretary General Sayed Hassan Nasrallah on December 7, 2017, following Donald Trump's decision to recognize Al-Quds (Jerusalem) as the capital of Israel 

Translation: http://sayed7asan.blogspot.fr


See also: Kafka 2.0: How Youtube’s Political Censorship is Exercised








Transcript:

[...] Regarding our position (against Trump's decision about Al-Quds / Jerusalem), I wish to express some (recommended actions) that I will categorize into two parts. 

The first part concerns the protest against this decision. (On the one hand), any form of protest, condemnation, denunciation, objection, rejection, refusal expressed against this open American aggression and dangerous move, and, on the other hand, any announcement of solidarity, support, expression of the fact that we stand alongside Palestine, the people of Palestine and the cause of Al-Quds (Jerusalem), that it is important for all of us, that it is our responsibility and concerns all of us, are indispensable actions, it is the lesser degree of faith (of struggle imposed on everyone).

Maybe someone will ask what are words good for, but no, it is necessary and indispensable to speak, it is the lesser degree of faith. Let no one devaluate ​​or shrink (the importance of) positions, statements, speeches and all forms of denunciation and protest which I will discuss in a moment. These actions are essential. Of course, more is needed, but if some (countries and factions) do not do more, this responsibility remains nevertheless imposed on each and everyone of us.

samedi 13 janvier 2018

Kafka 2.0: How Youtube’s Political Censorship is Exercised

Five years of archives of resistance to Zionism and imperialism deleted by Google


Someone must have been telling tales about Josef K., for one morning, without having done anything wrong, he was arrested.” Thus begins The Trial, Franz Kafka’s 1925 work, in which Joseph K., ordinary bank employee, is arrested at his home by mysterious agents and notified of legal proceedings against him. He is not informed of the offense or crime of which he would allegedly be guilty – he is only given to understand that he must have broken some unknown law – and is notified of a summons to court a certain day, without knowing the exact time or place. The protagonist is dragged into a completely absurd circle, wavering between inspectors, bailiffs, lawyers and judges, and not knowing at any time for what or against whom he must defend himself. He is finally executed by three distinguished executioners who, with “odious politeness”, plant a butcher’s knife in his heart.

The procedure by which Youtube deletes videos and even the entire content of a channel is comparable to this Gothic novel in more ways than one. As I mentioned in a previous article, my channel Sayed Hasan, which, for more than five years, has subtitled in French and English speeches of Sayed Hassan Nasrallah, Secretary General of Hezbollah, as well as Vladimir Putin, Bashar al-Assad and Sayed Ali Khamenei (in addition to interviews with Norman Finkelstein, content about revolutionary Latin America, etc.), was given two strikes by Youtube in less than one month because of two Hassan Nasrallah speeches, on the pretext of a “violation of the rules concerning violent or graphic content on Youtube”. The total suppression of the channel did not take long, since it occurred on December 20th, 2017, after a third and last strike announcing the guillotine, still because of a Hassan Nasrallah speech published in... 2014 – there is no prescription on Youtube, nor half measure. Thus, 400 videos, more than 6 million views and soon 10,000 subscribers have vanished, at the time of the greatest growth in their history. Youtube strives to hide its censorship behind a pseudo-legalistic procedure, but in fact, as we will see, all creators are under the constant threat of its political blade that drastically restricts tolerated contents.


  Sayed Hasan channel in mid-December 2017

The first strike is dated October 24, 2017, and concerns a February 2015 speech titled “Hassan Nasrallah: ISIS is Israel’s ally and aims Mecca and Medina”. Its complete transcript is available here:
http://sayed7asan.blogspot.fr/2018/01/hassan-nasrallah-isis-is-israels-ally.html. As we can see, this speech only denounces the terrorist group ISIS, characterizing it as a danger for Islam, Muslims and all humanity, and recalls its collusion with Israel. It contains absolutely nothing legally reprehensible (call to hatred, murder, etc.). Youtube does not in any way indicate where or how such a video would have violated the “rules regarding violent or graphic content”, probably relying on the acumen of the accused – who finds himself de facto convicted. I have found absolutely nothing wrong with it, even by the strictest standards – unless, of course, any negative mention of Israel is unsustainable for the good souls of the IDF, who are tirelessly and relentlessly striving in this work of cyber-denunciation (their soldiers and mercenaries are more enterprising on the Internet than facing real fighters), and find in Google, Facebook and other giants of the Web a particularly complacent ear. We will come back to this point in more detail.

In good faith, I immediately appealed this decision – shockingly, Youtube does not grant more than 200 characters for this “procedure” (spaces included), but true, it is difficult to be loquacious in the face of an unknown crime – and to date, I have received no response. It is a sort of witchcraft trial, where, in violation of the most elementary principles of law, it is up to the accused to prove his innocence in the face of an unspecified violation, and where the mere fact of being suspected by (or denounced to) the all-powerful “Google” Inquisition entails an automatic conviction, without at any time the grievances being clearly stated, the defense, even muzzled, being heard, a semblance of reasoned judgment being rendered or the pseudo-appeal procedure being taken into account, even formally. “We don’t answer questions like that,” opposes a police officer to Joseph K.’s requests regarding the reason for his indictment. “But in general we don’t proceed with trials we’re not certain to win.”

The second strike came on December 14, and concerns a December 11, 2017 speech entitled “Hassan Nasrallah: We are about to liberate Al-Quds (Jerusalem) and all of Palestine,” which only stayed online half an hour before its suppression. Its transcript is available here: http://sayed7asan.blogspot.fr/2017/12/hassan-nasrallah-we-are-about-to.html. Again, beyond the title of the offense regarding “violent or graphic content”, Youtube has not provided any details to justify its decision. It is true that in this extract, Hassan Nasrallah supports the dismantling of the racist, terrorist and colonialist state of Israel, world champion of human rights abuse and international law violations, and invites Palestinians and all the Resistance Axis to take up arms in defense of Palestine and the holy places of Islam and Christianity (he is joined by the Neturei Karta, an orthodox Jewish group that publicly burns Israeli flags in the heart of Jerusalem, as can be seen on its YouTube channel). And it turns out that the rallying slogan “Death to Israel” is spoken by Hassan Nasrallah and echoed by thousands of protesters participating in an opposition rally to Donald Trump and his decision to recognize Al-Quds (Jerusalem) as the capital of Israel. But beyond the fact that armed resistance to an occupier is perfectly legal according to international law (United Nations Resolution 37/43 of December 3, 1982 reaffirming “the legitimacy of the struggle of peoples for independence, territorial integrity, national unity and liberation from colonial and foreign domination and foreign occupation by all available means, including armed struggle”), the right to information must prevail, because without this, no political speech in a warlike context could be published on Youtube. However, Google does not consider in any way problematic statements much more “violent or graphic” like Donald Trump threatening to “completely destroy” North Korea, the Israeli bragging about bombing Iran and toppling its regime, assassinating Hassan Nasrallah or even General de Gaulle’s June 1940 appeals, or Aimé Césaire’s speeches, which should be banned on Youtube according to a purely literal application of the regulation concerning violent content or call for violence (in these cases, calls to resist against Nazism or colonialism). But obviously, with Kafka, Youtube seems to have also integrated Orwell: “All [contents] are equal but some are more equal than others.” Only videos hostile to imperialism and Zionism are subject to censorship and banishment.

With two strikes in less than a month, the life of my Youtube channel was hanging by a thread: it is true that after 3 months, a warning is removed, but three successive warnings on an account lead to outright removal of the channel and all its content, not just the videos concerned. And it was clear to me that these two unjustified and unprecedented warnings would soon be followed by a third and a complete suppression of my channel. To make a judicial analogy, it is as if a conviction for defamation (which, in any body of law, cannot be held from 3 months to 1 year after the offense, but Google seems to have opted for imprescriptibility) resulted in the removal not only of the passage incriminated (for example, in Zola’s “J’Accuse”, the two incriminated words “by order”, Zola obviously not having the means to prove materially that the second War Wouncil had been forced to acquit Esterhazy by the military hierarchy), but of all the work of the journalist, author – or producer of Youtube content. Without conviction, I conducted the Orwello-Kafkaesque 200-character appeal, protested to Google by email and published an article denouncing this censorship and the announced deletion of my channel. This time, I received a response from Youtube in 12 hours, which showed me, if any doubt still remained, that these procedures are nothing more than a masquerade meant to conceal the totally arbitrariness, or rather political orientation of Google’s censorship: indeed, the answer was in three lines in which Youtube thanked me for having made this appeal procedure, informed me that after a closer examination of the content of my video, they determined that it did not respect the Community rules, and addressed me cordial greetings. Can we conceive of a judgment, let alone an appeal procedure, which dispenses with all argumentation? Google has completely automated the pseudo-legalistic process of deleting content, which is done for the unfortunate victim without any human interlocutor and therefore without any possibility of defense.

vendredi 12 janvier 2018

Norman Finkelstein : Netanyahou est le vrai visage d'Israël



Interview de Norman Finkelstein sur Democracy Now, 10 janvier 2018









Transcription :

[...] Amy Goodman : Je voulais vous poser une question sur Benjamin Netanyahu et sur les enquêtes de corruption auxquelles il est confronté. Bien sûr, Benjamin Netanyahu a récemment parlé de sa relation très proche avec les Kushner, du fait qu’il avait dormi dans la chambre de Jared Kushner lorsqu’il a visité les Etats-Unis, alors qu’il était encore un petit garçon. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu fait face à une controverse politique interne après qu’une chaîne de télévision israélienne a diffusé un enregistrement audio secret de son fils devant un club de strip-tease en 2015. Dans l’enregistrement, on entend Yair Netanyahu parler de prostituées, exigeant de l’argent au fils d’un magnat du gaz israélien. Yair sous-entend que son père, le Premier ministre Netanyahu, a aidé à faire passer un accord de 20 milliards de dollars au profit de l’homme d’affaires, disant : « Mon père a arrangé 20 milliards de dollars pour le tien et tu chicanes pour 400 shekels [120 dollars] ? », ce au moment où le Premier ministre Netanyahu est confronté à de multiples enquêtes de corruption.

En septembre, Yair Netanyahu a également fait polémique en publiant une caricature antisémite sur Facebook. Des suprématistes blancs, y compris l’ancien dirigeant du Klan David Duke, ont félicité Yair Netanyahu pour avoir posté une image représentant l’investisseur milliardaire George Soros au sommet d’une chaîne alimentaire, faisant miroiter le monde devant un reptile et devant l’ancien Premier ministre Ehud Barak, un critique fréquent de son père, Benjamin Netanyahu. Par la suite, David Duke l’a félicité sur Twitter. C’est une histoire stupéfiante, rapportée par Slate et d'autres médias.

Pouvez-vous nous parler de ce qui se passe actuellement ? Est-ce que les enquêtes de corruption mettent Netanyahu en péril ? Et qu’en est-il de son fils ?

Norman Finkelstein : Eh bien, je vais évoquer le dernier point brièvement et ensuite aller au cœur de la question – ce qui me parait être le cœur des questions que vous posez. La relation entre son fils et Netanyahu, entre Yair [Netanyahu] et son père, Benjamin Netanyahu, est très similaire à celle entre Jared et Donald Trump. Ce sont des individus privilégiés, gâtés-pourris et remarquablement insignifiants.

Mais la question que vous avez posée sur la corruption en général est une question intéressante. Vous n’êtes pas tout à fait aussi âgée que moi, mais vous pouvez remonter assez loin (dans votre mémoire) pour vous souvenir que durant notre jeunesse, Israël était très austère. C’était un endroit simple et relativement « honnête ». C’est cette image d’Israël qui reste dans l’esprit de beaucoup de Juifs américains, disons, âgés de plus de 50 ans. Et donc, à l’époque, si on prend par exemple, dans les années 1970, Yitzhak Rabin, qui était le Premier ministre, il a dû quitter son poste. Il a été contraint de démissionner parce que sa femme avait ouvert un compte bancaire – un simple compte bancaire – aux États-Unis. Et apparemment, il n’y avait même pas d’argent sur ce compte, si ma mémoire est bonne. Mais de nos jours, c’est juste un scandale après un autre scandale après un autre scandale après un autre scandale. Et ce qui est remarquable, c’est que cela n’affecte pas vraiment la position de Benjamin Netanyahu. Malgré une succession de scandales, il est resté au pouvoir pendant une période remarquablement longue.

La question est donc : pourquoi ? Et je pense que la réponse est celle-ci : parce que, que cela plaise ou non, Benjamin Netanyahu est le vrai visage d’Israël. C’est un individu ignoble, une grande gueule, un raciste, un suprématiste juif.  Et c’est maintenant le cas de toute la population. Maintenant, je ne dis pas que c’est dans leur ADN. Je ne dis pas que c’est génétique. Mais l’Etat d’Israël a dégénéré en quelque chose de vraiment navrant. Et c’est…

Amy Goodman : Attendez, ce n’est clairement pas le cas de toute la population. Il y a beaucoup de critiques. Il y a un mouvement de paix.

Norman Finkelstein : Eh bien, non, je dirais... Vous savez, Amy, j’aimerais bien que ce soit le cas. J’aimerais que ce soit le cas. Mais si vous posez la question aux critiques eux-mêmes, si vous posez la question à un Gideon Levy, à une Amira Hass, à...

Amy Goodman : Qui écrivent pour Haaretz.

Norman Finkelstein : Oui. Si vous posez la question à B’Tselem, à...

Amy Goodman : Le groupe de défense des droits de l’homme.

jeudi 11 janvier 2018

Netanyahou à l'ONU : en Antarctique, les pingouins soutiennent Israël avec enthousiasme

Discours de Benyamin Netanyahu le 19 septembre 2017 à l'ONU

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr/





Hassan Nasrallah appelle à une Intifada sur les réseaux sociaux en défense d'Al-Quds (Jérusalem)

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 7 décembre 2017, suite à la décision de Donald Trump de reconnaître Al-Quds (Jérusalem) comme capitale d’Israël 

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr






Transcription :



[…] En ce qui concerne notre position (face à la décision de Trump au sujet d’Al-Quds / Jérusalem), je souhaite énoncer certaines (actions recommandées) que je vais classer en deux parties.

La première partie concerne la protestation contre cette décision. (D’un côté), toute forme de protestation, de condamnation, de dénonciation, d’opposition, de refus, d’annonce de rejet face à cette agression américaine ouverte et à cette mesure dangereuse, et, d’un autre côté, toute annonce de solidarité, de soutien, du fait qu’on se tient aux côtés de la Palestine, du peuple de Palestine et de la cause d’Al-Quds (Jérusalem) qu’elle est importante pour nous tous, est notre responsabilité et nous concerne tous, constituent des actions indispensables, et c’est le moindre degré de foi (de lutte).

Peut-être que quelqu’un demandera à quoi servent les paroles, mais non, il est nécessaire et indispensable de s’exprimer, c’est le moindre degré de foi. Que personne ne dévalorise ou n’amenuise (l’importance) des prises de position, des déclarations, des discours et de toutes les formes de dénonciation et de protestation dont je vais parler dans un instant. Ces actions sont indispensables. Bien sûr, il faut faire davantage, mais si certains ne font pas plus, cette responsabilité qui s’impose à nous tous ne nous en est pas moins imposée.

Toutes les formes de protestation, de condamnation, de rejet, de dénonciation et d’opposition doivent être perçus par l’administration américaine et ressentis par l’entité usurpatrice (d’Israël) à travers l’ensemble du monde arabe et musulman et même dans le monde entier.

Pour donner quelques exemples, aujourd’hui, par exemple, les réseaux sociaux : une personne est posée chez elle, personne ne va lui tirer dessus comme cela se passe maintenant au coeur de la Palestine, personne ne lui créera d’ennuis ni rien du tout. La moindre des choses, l’action la plus modeste pour quiconque est concerné par cette question, pour tout homme libre et digne dans le monde, et pas seulement dans le monde arabo-musulman, et durant les jours et même les semaines à venir, si chaque jour, tous ceux qui sont sur les réseaux sociaux condamnent Trump et ce qu’il a fait, et confirment qu’Al-Quds (Jérusalem) est la capitale éternelle de l’Etat de Palestine, et refusent la judaïsation d’Al-Quds, etc., s’ils expriment cette prise de position, si par exemple des centaines de millions de Tweets sont émis, des centaines de millions de prises de position sur les réseaux sociaux, ce durant des jours et des semaines, cela se reflètera sur l’administration américaine et l’entité sioniste en transformant la joie en amertume, et ils réaliseront qu’ils font face à une opinion publique très grande et très forte. Et qu’aurons-nous fait (pour obtenir ce résultat) ? On ne sera pas descendu sous la neige, on n’aura pas offert nos poitrines aux balles. De manière très simple, en toute simplicité, (par des posts quotidiens sur les réseaux sociaux), et je le dis clairement, c’est le moindre degré de foi, c’est le moindre de nos devoirs : tout homme, toute femme, tout jeune homme et toute jeune fille, dans le monde arabo-musulman et dans le monde entier, chaque jour, doivent simplement prendre position, publier leur position sur les réseaux sociaux. C’est l’une des opportunités que nous offrent aujourd’hui les réseaux sociaux. L’administration de ces réseaux ne parviendra pas à (tous) les supprimer lorsqu’elle en trouvera des centaines de millions, des dizaines de millions pour le moins. C’est quelque chose qu’on peut faire, c’est une des possibilités qui s’offrent à nous. Cette nuit, demain, à chaque heure, c’est une possibilité qui s’offre à nous. Et tout jeune homme et jeune fille, tout homme et toute femme doivent considérer que c’est un devoir impérieux qui s’impose à eux, le moindre des devoirs ces jours-ci envers la Palestine.

Il faut donc publier des déclarations et prises de position dans tout le monde arabo-musulman (et au-delà) : simples particuliers, personnalités, organisations concernées, savants, penseurs, médias, élites, professions libérales, syndicats, écoles, universités, associations, tout ce que nous avons en fait de cadres, partis, mouvements, forces politiques, tout ce que nous avons en fait de cadres et d’organisations sociales, culturelles, médiatiques, politiques, à travers le monde entier et le monde arabo-musulman, doivent publier des déclarations et annoncer leur position. Ils n’ont pas le droit de rester silencieux.

Et personne ne doit se comporter en se disant « Si je m’exprime, ça va changer quoi ? » Si tu es le seul à m’exprimer, peut-être (que ça ne changera rien). Si je suis le seul à m’exprimer, peut-être (que ça ne changera rien). Mais si nous nous exprimons tous, si nous condamnons, dénonçons, refusons et protestons tous, et si nous confirmons tous l’identité culturelle d’Al-Quds (Jérusalem), alors cela aura un poids considérable et très important. Il faut donc publier (massivement) des déclarations et prises de positions.

(Il faut) organiser des rencontres, des réunions, des appels, des conférences, des rassemblements pour exprimer cette position. (Il faut) que des manifestations et des sit-ins soient organisés. Et aujourd’hui le peuple palestinien, depuis hier, a précédé (tout le monde dans les manifestations). Aujourd’hui (même), il y a des confrontations, des blessés. Je ne sais pas s’il y a déjà des martyrs.

Lorsque nous manifestons, que tu manifestes, qu’untel et untel manifestent, dans le monde arabe, dans le monde musulman et également dans les (autres) capitales du monde, au sein des communautés arabes et musulmanes, Trump va regarder la situation ébahi et se dire « Dans quel pétrin, dans quel guêpier, je me suis fourré ? Je vais droit dans le mur ! Ceux qui m’ont dit qu’il n’y aura aucune réaction dans le monde (m’ont trompé). » Qui a dit que ces manifestations, si elles se produisent, et elles se produiront si Dieu le veut dans bien des endroits, ne portent pas de message ? Elles transmettent un très fort message face à cette agression et comportent un message de soutien très fort pour le peuple palestinien qui se tient aujourd’hui sur la première ligne de défense d’Al-Quds (Jérusalem), des lieux saints et de la Palestine. […]

Kafka 2.0 : comment s’exerce la censure politique sur Youtube


Cinq années d’archives de résistance au sionisme et à l’impérialisme détruites par Google




« On avait sûrement calomnié Joseph K., car, sans avoir rien fait de mal, il fut arrêté un matin. » Ainsi commence Le Procès, œuvre de Franz Kafka de 1925, dans laquelle Joseph K., employé de banque sans histoires, est arrêté à son domicile par de mystérieux agents et notifié d’une procédure judiciaire engagée à son encontre. Il n’est pas informé du délit ou crime dont il se serait rendu coupable – on lui laisse seulement entendre qu’il aurait enfreint une loi inconnue –, et se voit remettre une convocation au tribunal un certain jour, sans que l’heure ou le lieu exacts soient indiqués. Le protagoniste est entrainé dans un engrenage complètement absurde, balloté entre inspecteurs, huissiers, avocats et juges, et ne sachant à aucun moment de quoi ou contre qui il doit se défendre. Il est finalement exécuté par trois bourreaux distingués qui, avec d’ « horribles politesses », lui plantent un couteau de boucher dans le cœur.

La procédure par laquelle Youtube supprime des vidéos et même tout le contenu d’une chaîne est comparable à ce roman noir à plus d’un titre. Comme je l’ai indiqué dans un article précédent, ma chaine Sayed Hasan, qui, depuis plus de cinq ans, sous-titres en français et en anglais des discours de Sayed Hassan Nasrallah, Secrétaire Général du Hezbollah, ainsi que de Vladimir Poutine, Bachar al-Assad et Sayed Ali Khamenei (en plus d’interviews de Norman Finkelstein, de contenus concernant l’Amérique latine révolutionnaire, etc.), s’est vue infliger deux avertissements par Youtube en moins d’un mois pour deux discours de Hassan Nasrallah, au prétexte d’un « non-respect des règles concernant le contenu violent ou choquant de Youtube ». La suppression totale de la chaîne n’a guère tardé, puisqu’elle est survenue le 20 décembre 2017 à la faveur du troisième et dernier avertissement annonçant la guillotine, toujours à cause d’un discours de Hassan Nasrallah publié en... 2014 – il n’y a guère de prescription chez Youtube, ni de demi-mesure. Ainsi, 400 vidéos, plus de 6 millions de vues et bientôt 10 000 abonnés se sont volatilisés, au moment de la plus forte croissance de leur histoire. Youtube s’efforce de dissimuler sa censure derrière une procédure pseudo-légaliste, mais de fait, comme nous allons le voir, tous les créateurs doivent évoluer sous la menace permanente de son couperet politique qui restreint drastiquement les contenus tolérés.

La chaine Sayed Hasan à la mi-décembre 2017

Le premier avertissement infligé à ma chaine date du 24 octobre 2017, et concerne un discours de février 2015 (sic) intitulé « Hassan Nasrallah : l’Etat Islamique est l’allié d’Israël et vise La Mecque et Médine ». Sa transcription complète est disponible ici : http://sayed7asan.blogspot.com/2015/02/hassan-nasrallah-letat-islamique-veut.html. Comme on peut le voir, ce discours ne fait que dénoncer le groupe terroriste Daech, le caractérisant comme un danger pour l’Islam, les musulmans et toute l’humanité, en rappelant sa collusion avec Israël. Il ne comporte absolument rien de légalement répréhensible (appel à la haine, au meurtre, etc.). Youtube ne daigne aucunement préciser en quel endroit ou de quelle façon telle vidéo aurait enfreint les « règles concernant le contenu violent ou choquant », comptant probablement sur la perspicacité de l’accusé – qui se retrouve condamné de facto. Je n’y ai absolument rien trouvé de répréhensible, même selon les critères les plus stricts – à moins, bien entendu, que toute mention négative d’Israël ne soit insoutenable pour les bonnes âmes de Tsahal, qui se livrent assidument et sans relâche à ce travail de cyber-délation (leurs soldats et mercenaires sont plus entreprenants sur Internet que face à de véritables combattants), et qui trouvent en Google, Facebook et autres géants du Web une oreille particulièrement complaisante. Nous reviendrons plus en détail sur ce point.

En toute bonne foi, j’ai immédiatement fait appel de cette décision – Youtube n’accorde scandaleusement que 200 caractères pour cette « procédure » (espaces compris), mais il est vrai qu’il est difficile d’être loquace face à un crime inconnu –, et à ce jour, je n’ai reçu aucune réponse. Il s’agit en quelque sorte d’un procès en sorcellerie, où, en violation des principes les plus élémentaires du droit, c’est à l’accusé de prouver son innocence face à une violation non spécifiée, et où de fait, le seul fait d’être suspecté par (ou dénoncé à) la toute-puissante Inquisition « Google » entraîne une condamnation automatique, sans qu’à aucun moment les griefs ne soient clairement énoncés, que la défense, même muselée, ne soit entendue, qu’un semblant de jugement argumenté soit rendu ou que la pseudo-procédure d’appel soit prise en compte, même formellement. « Nous ne répondons pas à ce genre de questions », oppose un policier aux demandes de Joseph K. concernant le motif de son inculpation. « Mais en règle générale, on n’intente pas chez nous de procès qui ne puisse mener à rien. »

Le deuxième avertissement date du 14 décembre, et concerne un discours du 11 décembre 2017 intitulé « Hassan Nasrallah : nous allons libérer Al-Quds (Jérusalem) et toute la Palestine », qui n’est resté en ligne qu’une demi-heure avant sa suppression. Sa transcription est disponible ici : http://sayed7asan.blogspot.com/2017/12/hassan-nasrallah-nous-allons-liberer-al.html. Encore une fois, au-delà de l’intitulé de l’infraction concernant « le contenu violent ou choquant », Youtube n’a fourni aucune précision pour justifier sa décision. Il est vrai que dans cet extrait, Hassan Nasrallah soutient le démantèlement de l’Etat raciste, terroriste et colonialiste d’Israël, champion du monde des violations des droits de l’homme et du droit international, et invite les Palestiniens et l’ensemble de l’Axe de la Résistance à prendre les armes en défense de la Palestine et des lieux saints de l’Islam et du Christianisme (il est rejoint en cela par les Neturei Karta, groupe juif orthodoxe qui brûle publiquement des drapeaux israéliens en plein Jérusalem, comme on peut le voir sur sa chaine Youtube). Et il se trouve que le slogan de ralliement « Mort à Israël » y est prononcé par Hassan Nasrallah et repr
is par des milliers de manifestants qui participaient à un rassemblement d’opposition à Donald Trump et à sa décision de reconnaitre Al-Quds (Jérusalem) comme capitale d’Israël. Mais au-delà du fait que la résistance armée face à un occupant est parfaitement légale selon le droit international (Résolution 37/43 des Nations Unies du 3 décembre 1982 réaffirmant « la légitimité de la lutte des peuples pour l’indépendance, l’intégrité territoriale, l’unité nationale et la libération de la domination coloniale et étrangère par tous les moyens disponibles, y compris la lutte armée »), le droit à l’information doit primer, car sans cela, aucun discours politique dans un contexte de confrontation diplomatique et/ou militaire ne saurait être publié sur Youtube. Cependant, Google ne considère aucunement problématiques les déclarations bien plus « violentes ou choquantes » de Donald Trump menaçant de « détruire complètement » la Corée du Nord, les rodomontades israéliennes parlant de bombarder l’Iran et de renverser son régime, d’assassiner Hassan Nasrallah ou même les appels de juin 1940 du Général de Gaulle, ou les discours d’Aimé Césaire, qui n’auraient pas leur place sur Youtube d’après une application purement littéraliste du règlement concernant les contenus violents ou appelant à la violence (en l’occurrence, à résister contre le nazisme ou le colonialisme). Mais manifestement, avec Kafka, Youtube semble avoir également bien intégré Orwell : « Tous les [contenus] sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres. » Seules les vidéos hostiles à l’impérialisme et au sionisme sont victimes de censure et de bannissement.

Avec deux avertissements en moins d’un mois, la vie de ma chaine Youtube ne tenait plus qu’à un fil : il est vrai qu’au bout de 3 mois, un avertissement est supprimé, mais trois avertissements successifs sur un compte entrainent la suppression pure et simple de la chaine et de tout son contenu, et non pas des seules vidéos concernées. Et il était clair pour moi que ces deux avertissements injustifiés et inédits seraient rapidement suivis d’un troisième et d’une suppression complète de ma chaine. Pour faire une analogie judiciaire, c’est comme si une condamnation en diffamation (qui, en droit français, doit nécessairement respecter un délai de prescription de 3 mois ; Google semble avoir opté pour l’imprescriptibilité) entrainait la suppression non pas seulement du passage incriminé – par exemple, dans « J’Accuse » de Zola, les deux mots incriminés « par ordre », Zola n’ayant évidemment pas les moyens de prouver matériellement que le deuxième conseil de guerre avait été forcé d’acquitter Esterhazy par la hiérarchie militaire –, mais de l’ensemble de l’œuvre du journaliste, auteur ou producteur de contenus Youtube. Sans conviction, j’ai effectué la procédure d’appel orwello-kafkaïenne aux 200 caractères, protesté auprès de Google par courriel et publié un article dénonçant cette censure et la suppression annoncée de ma chaine. Cette fois-ci, j’ai reçu une réponse de Youtube en 12 heures, qui m’a démontré, si le doute subsistait encore, que ces procédures ne constituent qu’une mascarade visant à dissimuler le caractère totalement arbitraire, ou plutôt politiquement orienté de la censure de Google : en effet, la réponse tenait en trois lignes dans lesquelles Youtube me remerciait d’avoir effectué cette procédure d’appel, m’informait qu’après un examen plus attentif du contenu de ma vidéo, elle déterminait qu’elle ne respectait pas le règlement de la communauté, et m’adressait ses salutations cordiales. Conçoit-on un jugement, a fortiori en procédure d’appel, qui se dispense de toute argumentation ? Google a complètement automatisé le processus pseudo-légaliste de suppression des contenus, qui se fait pour la malheureuse victime sans le moindre interlocuteur humain et donc sans aucune possibilité de défense. 


Comme prévu, le troisième avertissement, qui n’était plus qu’une simple formalité, n’a guère tardé : il est survenu le 20 décembre 2017 et concerne un discours de 2009 publié en 2014 (re-sic) intitulé « Hassan Nasrallah : la prochaine guerre va changer la face de la région ». Dans cet extrait disponible sur Dailymotion, Hassan Nasrallah considère l’hypothèse d’une agression israélienne contre le Liban, et affirme que cette menace peut être transformée en opportunité si l’armée ennemie est anéantie sur le sol libanais, après quoi la Palestine et Al-Quds (Jérusalem) même pourraient être libérées, tout comme le Sud-Liban en 2000. Cette vidéo ne comporte pas même le slogan « Mort à Israël ». La formulation de l’hypothèse même de la libération de la Palestine après une agression israélienne (nombre d’empires se sont effondrés à cause de leurs expéditions militaires extérieures, comme le rappelait Hassan Nasrallah) constituerait donc un tabou. Encore une fois, on serait en droit de se demander pourquoi Netanyahu peut pour sa part librement menacer Gaza, le Liban, la Syrie ou l’Iran d’invasion et/ou de destruction, sans que Youtube n’estime devoir supprimer ces vidéos. On comprend que lorsque Youtube veut supprimer une chaine, elle sait faire flèche de tout bois et plante fatalement son « couteau de boucher » dans le cœur de sa victime.


Il faut préciser, au crédit de Youtube, qu’une procédure d’appel existe également contre la suppression d’une chaîne, et cette fois-ci, ce ne sont pas 200 mais bien 1000 caractères qui sont autorisés, soit environ 180 mots. Cela peut paraître léger pour un travail de plusieurs années (voire le travail d’une vie), complètement détruit en quelques clics par Google, mais légaliste jusqu’au bout, j’ai effectué cette pseudo-procédure le jour même. La réponse n’a pas tardé – au crédit de Youtube, citons encore ce temps judiciaire particulièrement expéditif et récurrent : 12 heures, contre plusieurs années pour la justice traditionnelle. Il semble évident que les procédures d’appels sont systématiquement rejetées par un mail-type envoyé automatiquement au bout de 12 heures. Cette réponse mérite d’être citée intégralement, sa brièveté s’y prêtant volontiers :